28/02/2012

L'école le mercredi matin, une chance pour l'égalité des chances

Fils d’ouvriers, j’ai toujours vécu dans des quartiers populaires, et ayant au fil du temps accédé à quelques postes à responsabilités, c’est dire si le sujet me touche. Comment dès lors ne pas m’engager personnellement, en tant que Maire de la plus précarisée des communes du canton de Genève, pour une vraie mesure qui favorise l’égalité des chances ? L’occasion qui nous sera donnée le 11 mars prochain de faire progresser une société plus juste ne peut pas être manquée.

 

Au-delà de l’apprentissage scolaire, l’école apporte aux enfants le capital social et culturel qui doit permettre aux citoyens de demain d’affronter la vie avec assurance. Mais, il faut l’avouer, l’école intervient aussi, dans son rôle éducatif, ne nous voilons pas la face. Ces rôles revêtent une importance particulière dans les communes précaires, où la désocialisation des élèves prend parfois une allure dramatique.

 

Evidemment, on le sait, la désocialisation des enfants ne connaît pas la même intensité suivant qu’on vit et grandit dans une commune riche ou une commune pauvre. Les études PISA l’ont montré : les enfants qui font face aux difficultés scolaires ne sont pas forcément ceux qui ne sont pas nés en Suisse ou qui ne sont pas francophones, mais bel et bien les enfants issus de milieux socioéconomiques vulnérables. Or, le centre d’analyse territorial des inégalités (CATI-GE) l’a démontré dans son rapport de novembre 2011[1], la réalité d’une ville comme Vernier est celle-ci : nous avons le revenu médian le plus bas du canton, et notre taux de chômage et de bénéficiaires de l’aide sociale est le plus élevé.

 

Savoir que de nombreux enfants de la ville de Vernier, dont je suis à la fois Maire et habitant, sont livrés à eux-mêmes le mercredi m’indigne. Car malheureusement tous n’ont pas la chance de passer ce jour de congé à pratiquer un sport ou une activité culturelle, ou simplement d’être en famille. Beaucoup n’en ont tout simplement ni les moyens, ni le temps.

 

Pour Vernier, cette situation n’est pas une fatalité. C’est pourquoi elle se mobilise pour favoriser l’égalité des chances. Elle participe activement au Réseau d’Enseignement Prioritaire (REP), lancé en 2006 par le conseiller d’Etat Charles BEER, dont font partie toutes les écoles verniolanes. Outre les moyens accordés par le DIP (moins d’élèves par classe, présence d’un éducateur), notre ville apporte son concours : les liens entre professionnels du monde socioéducatif sont renforcés, comme les prestations dédiées aux activités socioculturelles. A l’instar des villes de Genève, Lancy et Onex, Vernier a signé une déclaration commune avec le Conseil d’Etat pour renforcer la cohésion sociale.

 

Les opposants au mercredi matin mettent en avant les succès rencontrés par le REP et proposent, comme alternative au mercredi matin, leur généralisation. Hormis le fait que la votation qui nous attend ne propose pas plusieurs scénarios au peuple, les référendaires tiennent un discours sur l'égalité des chances, mais s'y opposent dans les faits. Ils mettent le clignotant à gauche avant de virer à droite pour reprendre l'expression de Régis Debray. Car souhaiter mettre tous les établissements au même régime, c'est justement nier que certains quartiers sont plus défavorisés que d’autres et qu'ils méritent, dès lors, une attention particulière et des moyens supplémentaires.

 

Cependant, les REP ne sont pas suffisants. L’apprentissage et l’ouverture que doit prodiguer l’école aux enfants nécessitent qu’on lui consacre du temps. Les autres cantons suisses l’ont compris en adoptant la semaine de quatre jours et demi. De surcroît, le PER (plan d'étude romand) est plus exigeant en temps d'apprentissage, une demi-journée d'école pour les 8-12 ans s’avère indispensable. Surtout pour celles et ceux qui sont issus de milieux socio-économiques précaires.

 

Le canton se donne les moyens de mener cette réforme. Pour le cycle moyen (8-12 ans), 16 millions de francs sont alloués pour engager 120 enseignants en vue de renforcer l’allemand, le français et initier à l’anglais. Quatre millions supplémentaires sont prévus pour créer 30 postes d’enseignants chargés de soutien pédagogique aux petits du cycle élémentaire (4-7 ans), qui n’est pourtant pas concerné par le mercredi matin ! Au total, ce sont donc 20 millions qui vont être prévus pour l’école. Une telle somme, investie pour notre futur à tous, ne se refuse pas.

Faire de la politique, c’est faire des choix. Je fais celui de la lutte en faveur de l’égalité des chances, de la cohésion et la justice sociales ; c’est pourquoi je soutiens l’école. En tant que Maire de Vernier, en tant que défenseur d’une école républicaine et en tant que socialiste, je confirme ce choix. Je dirai donc OUI à l’école le mercredi matin.



[1] Étude du CATI-Ge, centre d'analyses territoriales des inégalités à Genève de l'Unige, dont le rapport a été publié en novembre 2011. 10 communes sont concernées : Carouge, Chêne-Bourg, Lancy, Le Grand-Saconnex, Meyrin, Onex, Thônex, Vernier, Versoix et la Ville de Genève.

08:42 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

24/02/2012

Une grève de la faim pour combattre les citernes ?

Les citernes sont un sujet important et sérieux pour la ville de Vernier et pour moi. Cela appelle une réponse politique réfléchie et décidée. Je suis d'accord avec le fond du combat de Stéphane Valente : les citernes doivent partir.

En revanche, le recours à la grève de la faim dans ce cas pose des questions.

Premièrement, la grève de la faim a toujours été utilisée dans des cas extrèmes. Je peux penser à Gandhi, aux prisonniers politiques à Cuba. Bien que sévère, les citernes ne sont pas un comparables.

Ensuite, je suis un homme politique et je crois en les moyens politiques pour atteindre un but. En Suisse, nous avons la chance d'avoir des moyens politiques multiples.

En tant que Maire, je les utilise en négociation avec le canton afin de trouver des solutions. Deux motions ont été également déposée au Grand Conseil. Nous devons les utiliser, et je suis sûr que nous arriverons à une solution satisfaisante pour les Verniolanes et Verniolans, et pour les Genevoises et Genevois.

Pourquoi ne pas utiliser la raffinerie en faillite du site de Pétroplus à Cressier ? Je le souhaite, ainsi que l'ensemble du Conseil administratif de la ville de Vernier.

00:05 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

22/02/2012

Apéritif des bénévoles, une occasion de les remercier

Comme chaque année, j'ai le plaisir d'inviter les bénévoles de la cohésion sociale de la ville de Vernier à l'apéritif de rentrée. Une occasion chaleureuse et amicale de marquer la reconnaissance des Autorités vernionales à l'action quotidienne de ces bénévoles.

Voici mon intervention :

 

Mesdames, Messieurs,

 

C'est chaque année pour moi un véritable plaisir que de vous souhaiter la bienvenue à ce désormais traditionnel apéritif de rentrée des bénévoles de la commune.

 

A ce propos, je remercie le Service de la cohésion sociale - et particulièrement :

 

-       Magali VILAR, l'organisatrice de cet apéritif

-       Carmine MARANO, notre talentueux cuisinier, qui a préparé les délicieuses agapes que nous dégusterons ce soir

-       Les jeunes qui sont venus nous donner un coup de main avec professionnalisme et engagement

-       Les collaboratrices et collaborateurs du SCOS, qui travaillent quotidiennement à l'amélioration de la cohésion sociale de notre belle commune

 

 

La cohésion sociale, justement, je crois que c'est la thématique sur laquelle je voudrais que nous partagions ce soir, le verre de l'amitié.

 

Car, sans des personnes qui, comme vous, de manière désintéressée, parce qu'elles aiment donner du temps pour les autres, parce qu'elles aiment leur commune, sans elles, la cohésion sociale serait impossible.

 

Dans une ville comme Vernier, touchée de près par les problèmes de précarité et d'exclusion, la grande richesse réside dans les solidarités actives qui lient, encore, les gens et qui améliorent quotidiennement le vivre-ensemble.

 

C'est pour cela que ce que vous apportez à notre collectivité, de par votre engagement, est vraiment quelque chose d'unique, pour lequel je n'aurai jamais de remerciements assez forts !

 

Dans cette société gagnée par l'individualisme, le chacun pour soi, l'égoïsme et le désintérêt pour son prochain, il est important de savoir que la collectivité peut encore compter sur des personnes de bonne volonté prêtes à s'engager pour que la vie de toutes et tous s'en retrouve améliorée.

 

Ce traditionnel petit apéritif de rentrée, chaque année, je souhaite le partager avec vous pour vous faire part, au nom de la ville de Vernier, de mes plus chaleureux remerciements.

 

Et je souhaite terminer en en profitant de votre présence pour remercier vivement ici Madame Jocelyne CARASSO, travailleuse sociale, qui pendant plus de 20 ans, s'est engagée avec vigueur et conviction auprès des bénévoles de la commune, dans tous les quartiers. Demain, Madame CARASSO prend sa retraite, et c'est avec regret que je vois partir une part importante de la mémoire du SCOS.

 

Chère Jocelyne, crois-moi bien que, encore longtemps, pour beaucoup de personnes ici, tu resteras dans nos mémoire, pour ton engagement, pour tes nombreux combats en faveur des habitant-e-s de la commune et pour ton caractère entier, à nul autre pareil.

 

Aujourd'hui, la ville de Vernier te dit aussi merci pour tous les efforts que tu as déployés au fil de ces années.

 

Vive Jocelyne !

Vive Vernier !

 

Mais surtout, vive les bénévoles de notre Ville pas Commune !

Vernier, le 20 février 2012

 

 

 

07:00 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

20/02/2012

L'école le mercredi matin, débat aux Avanchets

Trois associations de jeunes de Vernier se sont mobilisées pour organiser un débat contradictoire sur le thème de l'école le mercredi matin.

Je relaye cette information intéressante et importante pour le débat public.

Vous êtes toutes et tous invités à y participer demain soir.

 

 

 

On vote sur l'école !

Venez débattre

Pour ou contre le mercredi matin d'école pour les 8-12 ans?

Quels enjeux pour nos quartiers?

 

le mardi 21 février à 19 h. 30

Salle des Fêtes des Avanchets

 

Avec:

Pour le mercredi matin:

Charles Beer, conseiller d'Etat chargé de l'instruction publique, de la culture et du sport

Anne Thorel Ruegsegger, Groupement des associations de parents (GAPP)

 

Contre le mercredi matin :

Laurent Vité, président de la Société pédagogique genevoise

Jean-François Girardet, député MCG

Débat Avanchets.jpg

17:19 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

01/02/2012

Abandon de la Centrale Chaleur Force à Vernier

Les autorités verniolanes saluent la décision du Conseil d’Etat genevois de renoncer définitivement au projet de « Centrale Chaleur Force » de SIG qui devait voir le jour sur le territoire de la Commune de Vernier.

Depuis 2008, tant le Conseil administratif, le Conseil municipal que la population verniolane se sont opposés à l’implantation de cette infrastructure sur le territoire communal.

Les autorités s’opposaient à cette installation car son implantation ne correspondait pas aux intentions du Plan Directeur Communal. Par ailleurs, il était évident que l’empreinte de la Centrale Chaleur Force sur l’environnement aurait engendré d’importantes nuisances pour le voisinage (10'000 habitants).
Par ailleurs, les autorités verniolanes estimaient que ce projet ne correspondait pas à la politique énergétique de la Ville de Vernier, du Canton et de la Confédération, d’autres alternatives devant être envisagées en matière d’économies d’énergie d’une part et de production renouvelable de chaleur et d’électricité d’autre part.

Cette décision du Conseil d’Etat est un succès à l’actif des autorités verniolanes qui ont pu faire entendre leur position face à un projet d’aménagement d’importance cantonale. Trop souvent auparavant l’avis de la commune n’était pas pris en compte et le Canton faisait passer en force des projets d’infrastructures cantonales générant d’importantes nuisances environnementales subies par les habitants.

L’opposition forte et unie des élus verniolans et les positions claires exposées ont contribué à mettre un terme à ce projet d’implantation. Les autorités de la Ville de Vernier se réjouissent de collaborer avec les autorités cantonales à d’autres projets d’aménagement du territoire dans le respect du Plan Directeur Communal et des objectifs environnementaux communs.

 

Thierry Apothéloz, Maire

Yvan Rochat, Conseiller administratif

Pierre Ronget, Conseiller administratif

18:39 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook