15/03/2012

Candidature au Conseil d'Etat : mon intervention en direct avec la One Team de OneFM

J'ai répondu ce matin, 15 mars, à l'invitation de la One Team pour parler de ma candidature au Conseil d'Etat.

Le principe : un édito de 90 secondes, des échanges politiques.

Voici mon édito

Mon édito pour celles et ceux qui n’acceptent pas la crise politique dans laquelle Genève se trouve : démission d’un Conseiller d’Etat PLE, suivant celle d’un procureur général PLR. Une crise de confiance envers un gouvernement et un parlement à majorité de droite qui ne finissent pas de décevoir les Genevoises et les Genevois.

Mon édito est pour celles et ceux qui souffrent de la crise économique ici à Genève et dans les quartiers populaires, je le vois tous les jours dans ma commune, Vernier.

Mon édito est pour celles et ceux qui ne veulent pas renoncer, face aux inégalités et aux difficultés quotidiennes. Dans ma commune, j’ai initié avec les habitant-e-s cette résistance très pratique : en ouvrant des crèches, en améliorant la sécurité grâce à une stratégie englobant forces de polices, médiateurs de nuit, travailleurs sociaux et habitant-e-s, en retissant les liens sociaux qui ont tendance à s’étioler, en redonnant le pouvoir aux gens à travers les contrats de quartier.

Mon édito est pour celles et ceux qui veulent voir ces principes de cohésion sociale, d’égalité portés au niveau cantonal. Je m’engage à rétablir la confiance dans les institutions par des actions concrètes, rapides et pertinentes. Quatre thèmes m’animent : s’attaquer à la crise du logement par une politique active de l’Etat et par créer une véritable concertation avec les communes ; par des projets structurants pour Genève, des enjeux fondamentaux pour notre avenir : le plan d’agglomération franco-valdo-genevois, le plan directeur cantonal, en panne aujourd’hui ; l’emploi par le soutien à des projets de terrain des communes et des associations ; la jeunesse enfin. Pour la première fois depuis des décennies, il est possible que les jeunes vivent moins bien que leurs parents. Il faut redonner à la jeunesse une place positive et dynamique.

Mon édito est en fait pour les auditrices et les auditeurs de ONE fm, et pour toutes les Genevoises et les Genevois, qui, je le sais, se retrouvent dans ces buts.

Retrouvez l'émission ici :

http://www.onefm.ch/portail/#/Actualite/Article/thierry-a...

09:23 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

03/03/2012

Les genevoises et les genevois n'abandonneront pas leur Servette

Servette dépose son bilan. Le titre est presque trop familier mais surtout pénible pour les Genevois-e-s. Certes, le football a des dérives commerciales, économiques et financières. Servette en a connu son lot dernièrement. Mais, le football est aussi un formidable véhicule d’émotions, et de partage : et Servette a été, est, et sera, je suis sûr, le véhicule de temps d’émotions pour les Genevois-e-s.

Servette, c’est 17 championnats de Suisse, et 7 coupes de Suisse. Pour les anciens, c’est Jacky Fatton, pour les autres, c’est José Sinval ou Eric Pedat, pour les plus jeunes, Ruefli ou Kouassi, mais pour toutes et tous ce sont des souvenirs : les dimanches en famille au stade des Charmilles, les premières sorties entre ami-e-s désormais à la Praille. Le football est populaire, dans son sens le plus noble du terme. En cela, Servette fait pleinement partie de la culture populaire genevoise. Je refuse à voir mourir ce symbole où toutes et tous nous nous sommes retrouvés pour râler, hurler, mais surtout pour partager des moments d’émotions et de joies.

Alors, j’ose croire que Servette trouvera un repreneur, avec l’appui des autorités. Mais, même si, encore une fois, on devrait reconstruire, je suis sûr que les Genevois-e-s n’abandonneront pas leur club.

06:10 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

02/03/2012

Hollande peut compter sur le PS Vernier

par Henri Della Casa - Une délégation du parti socialiste de Vernier, conduite par le maire de la Ville Thierry Apothéloz, s'est rendue au meeting de François Hollande, jeudi soir à Lyon.

La campagne en vue de la présidentielle française bat son plein dans l'Hexagone. Mais elle trouve également un ancrage du côté de Genève. Pour soutenir le candidat du parti socialiste François Hollande, une délégation de membres du parti socialiste de Vernier a fait jeudi les 160 kilomètres entre Genève et Lyon. Parmi eux, des double-nationaux qui glisseront très probablement leur bulletin de vote en faveur du socialiste le 22 avril, mais aussi des Genevois désireux de participer à un tel rassemblement.

A l'origine de ce déplacement, le maire de Vernier, Thierry Apothéloz, explique avoir souhaité se rendre à Lyon, «afin de voir comment François Hollande réfléchit et propose des solutions sur des thèmes qui me tiennent à coeur, la jeunesse et l'éducation en particulier». En charge de l'action sociale et des solidarités dans sa commune, le magistrat désirait également entendre les positions du candidat socialiste sur ses ambitions politiques dans les quartiers populaires.

Dans l'ancienne capitale des Gaules, les visiteurs genevois ont pu assister à un discours de campagne de plus d'une heure. Fiscalité, emploi, éducation, Europe: François Hollande s'est exprimé sur tous les sujets importants de la course à l'Elysée. «Cela me permet aussi de voir avec mes amis comment une telle campagne se passe de l'intérieur», précise Thierry Apothéloz.

 

In 20 Minutes / 02.03.2012

21:15 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook