30/05/2012

L'accueil du jeune enfant est un droit

Inscrire dans la Constitution genevoise le droit à une place pour chaque enfant est le but de d’une initiative des Socialistes et des Verts lancée en 2009. Avec plus de 14'000 signatures, l’IN 143 « pour une véritable politique de la petite enfance » va être soumise au peuple le 17 juin prochain, en même temps que l’élection d’Anne Emery-Torracinta au Conseil d’Etat.

Il est étonnant que l’investissement dans le domaine de la petite enfance, sous prétexte qu’il est onéreux, ne soit pas plus valorisé. Certains partis s’y opposent même ! Les études suisses et européennes montrent pourtant qu’une société a un réel intérêt à renforcer sa politique dans ce domaine. Les solutions de garde profitent à toute la société : aux enfants, aux familles, aux loisirs, à l’économie (on rappellera ici qu’un franc investi en petite enfance en rapporte trois à l’économie).

 

Les familles – en couple autant que monoparentales - ont plus que jamais aujourd’hui un besoin fondamental de trouver des places dans des crèches. Notre initiative veut répondre efficacement à cette problématique en exigeant des communes qu’elles proposent, dans un délai de cinq ans, des places, largement insatisfaite aujourd’hui.

 

Le Parlement genevois a décidé d’opposer un contre-projet à cette initiative. Les différences ne sont pas minimes. Au droit pour les familles d’obtenir une place, il a été préféré une adaptation de l’offre aux besoins. Ceci n’est évidemment pas suffisant. Notre initiative demande l’inscription d’un droit.

 

Car la demande est conséquente. Dans le canton de Genève, l’offre dans le domaine de la petite enfance n’est que de 17 %[1] ! A Vernier, des efforts ont été consentis ces dernières années : nous avons doublé le nombre de places de crèches, en passant de 123 places en 2007 à 300 en 2012. Pourtant, la liste d’attente est croissante. A fin avril, 320 enfants attendaient encore une place. Pour y répondre, des projets de construction sont en cours. Une autre piste serait d’offrir, comme dans les pays nordiques, un congé parental plus long. La Suisse n’en prend hélas pas le chemin.

 

Ainsi, pour créer cette indispensable dynamique de croissance dans ce domaine, pour favoriser la socialisation des enfants et des familles, pour un droit à la petite enfance dans l’ensemble du canton, comme à Vernier, je vous invite à voter OUI à l’IN 143. Si l’initiative 143 et le contre-projet devaient être acceptés, préférez l’initiative 143 en l’indiquant dans votre bulletin.



[1] Rapport de la Cour des Comptes 2012 sur la petite enfance, page 23.

10:10 Écrit par Thierry Apothéloz | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

Commentaires

Nul n'est obligé d'avoir des enfants.
D'ailleurs la Planète ne peut pas TOUS nous nourrir, il faut faire des choix.

Écrit par : Victor Winteregg | 30/05/2012

Des droits...des droits...encore des droits...alors quid des devoirs? Par exemple devoir de ne se marier que si l'on est raisonnablement sûr de ne pas divorcer; devoir de ne faire des enfants que dans le cadre du marriage; devoir de ne faire des enfants que si l'on est raisonnablement sûr de pouvoir les élever sans encore venir demander des aides diverses et variées...bien sûr des éléments pas contraignants mais toutefois dont le message aurait été fort et clair. La Constitution dit-elle quelque chose là dessus? Non et c'est bien dommage, mais au moins le "droit" à la crèche n'y figure pas. Ouf! Au fait, qui aurait payé? Ah mais bien sûr: les riches, les banques, les traders, les spéculateurs anglo-saxons du monde de la finance capitaliste, Pardi!

Écrit par : Ashwani Singh | 30/05/2012

Les commentaires sont fermés.