21/09/2012

Entre bidonville scolaire et traversée de Vésenaz, le Conseil d’Etat genevois a fait son choix... et le mauvais

Mercredi dernier, le Conseil d’Etat indique qu'il avait déposé un projet de loi pour entériner un dépassement de plus de 10% des coûts du tunnel de la traversée de Vésenaz. notre gouvernement demande sans gêne aucune au contribuable de dépenser 7 millions supplémentaires pour que les riverains de la route de Vésenaz soient certains d’être protégés.

Au même moment, je suis informé que les travaux de réfection du Cycle du Renard ne seront pas prévus pour tout de suite (on parle de 2015 et plus), alors que ce bâtiment a urgemment besoin d’être remis à neuf : les murs s'effritent, des plafonds tombent, des façades décrochent. Malgré les travaux d'urgence effectués cet été, l'état de délabrement demeure toujours; tout comme les barrières de sécurité qui donnent au tout un environnement fort peu digne et propice au travail des élèves comme des enseignantEs.

Entre l’école dans les quartiers populaires, dans la ville la plus exposée aux inégalités et le choix des routes dans les communes bourgeoises, le Conseil d’Etat a tranché. Ses choix politiques sont évidents.

Je continuerai à me battre pour ce dossier. Il en va de la cohérence d'une politique de cohésion sociale en milieu urbain.

15:43 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

10/09/2012

Pour des régions de sécurité prioritaire !

 

Ce week-end, Vernier a été le théâtre d’une vague de violence et d’incivilités d’une intensité rare : agression aux Libellules, coups de feu au Lignon, importantes dégradations à Vernier-Village. Ca suffit ! Les autorités cantonales doivent prendre l’exacte mesure des problèmes qui dépassent de loin la marge de manœuvre des communes en matière de sécurité et de maintien de l’ordre public.

Je condamne avec la plus grande fermeté ces actes inexcusables qui viennent porter le discrédit sur ma ville, une ville tranquille – quoi qu’en disent certains – où il fait généralement bon vivre et qui se retrouve aujourd’hui à la une des journaux pour des faits divers déplorables.

Alors, bien sûr, j’en vois déjà qui se frottent les mains et vont crier à tue-tête que la faute en revient aux autorités de la commune. C’est tellement facile ! Pourtant, les questions de maintien de l’ordre public sont, jusqu’à preuve du contraire, des prérogatives exclusivement cantonales, sur lesquelles les commune ajoutent, tant que faire se peut, une action complémentaire en termes de présence de terrain et de prévention.

Ce n’est pas faute d’avoir alerté la Conseillère d’Etat alors en charge de la police sur les problèmes de sécurité à Vernier. Sans succès. Pire, son département n’a pas remplacé l’un des deux ilotiers qui y exerçaient jusqu’ici, alors même que tout le monde sait que ces policiers de terrain font un travail indispensable pour désamorcer les crises et intervenir en amont sur les situations conflictuelles.

Aujourd’hui, je demande non seulement à Pierre Maudet de réparer cette injustice en remplaçant au plus vite l’ilotier manquant sur ma commune, mais je souhaite en plus qu’un ilotier supplémentaire, dévolu à notre ville, puisse y être affecté. J’y adjoindrai alors un ilotier APM pour véritablement créer une synergie entre les deux polices. Le Conseiller d’Etat doit également créer des régions de sécurité prioritaire pour renforcer les forces en présence là où il y a des besoins spécifiques.

Pour modifier durablement le climat d’insécurité qui nuit à la qualité de vie des habitantes et des habitants, la seule augmentation du nombre d’agents de police municipale ne suffit pas (à Vernier par exemple l’effectif a quasi doublé). Ce sont des agentEs sur le terrain à pieds, en vélo, en rollers ; ce sont des actions orientées en résolution de problèmes et mises en œuvre en partenariat ; c’est le développement des recommandations du diagnostic local de sécurité de la police genevoise, qui contribueront à cet objectif. Il est impératif de travailler ensemble, autrement, sur ces questions. Et de nous mettre autour de la table pour trouver des solutions rapides et efficaces.

J’invite aujourd’hui Pierre Maudet à s’y asseoir au plus vite.

00:12 Écrit par Thierry Apothéloz dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook