31/07/2013

Ma Suisse

Certains revendiquent à tous vents le monopole de la Suisse, de son image, de son caractère. Ils n’hésitent alors pas à se limiter à une image réductrice, mythique ou unique de la Suisse.

Je crois au contraire que la Suisse est multiple, non seulement dans ce qu’elle est, mais aussi dans les différentes visions que l’on peut avoir d’elle.

Ma Suisse, c’est celle de Heidi, une Suisse aux paysages idylliques. Mais c’est aussi celle de Philippe, paysan de montagne qui tous les jours produit du lait tout en entretenant le paysage.

Ma Suisse, c’est celle de Guillaume Tell, une Suisse à l’esprit indépendant et de résistants. Mais c’est aussi celle d’Amélie qui dénonce les pratiques salariales et de gestion du personnel injustes.

Ma Suisse, elle gagne sur le terrain avec son équipe de foot moins de 20 ans et avec Roger Federer. Ma Suisse, elle gagne aussi quand une grande partie de l’équipe est issue de l’immigration et parce que Roger Federer est ambassadeur d’une Suisse multilingue et multiculturelle.

Ma Suisse, elle perd quand au lieu de s’inspirer de sa tradition humaniste et d’ouverture, elle préfère le discours de rejet et de fermeture.

Ma Suisse, elle gagne quand elle démontre son savoir faire, sa haute technologie, en offrant des perspectives à toutes et tous. Ma Suisse, elle gagne quand Claudio décroche le poste pour lequel il a étudié et travaillé.

Ma Suisse, elle perd quand les inégalités ne cessent de se creuser. Ma Suisse, elle perd quand Maria, qui vit ici et fait des ménages depuis 25 ans,  voit se fermer toutes les portes devant elles en raison uniquement de son statut de sans-papier.

Ma Suisse, ce sont les trottoirs que j’arpente, les sentiers que je parcours. Ce sont surtout les gens qui m’entourent, que je croise et ceux que j’écoute pour ensemble construire un pays où il fait bon vivre.

Ma Suisse, elle est donc ouverte, multiple et se doit d’être attentive à chacune et chacun. Ma Suisse, elle appartient à celles et ceux qui participent à la construction du bien commun.

Au fond, ma Suisse, c’est la vôtre. 


Je vous souhaite une belle fête nationale. 

 

 

16:44 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

Commentaires

Moi, président...

Écrit par : Pierre Jenni | 31/07/2013

Les commentaires sont fermés.