22/12/2014

Mort aux faibles !

Vendredi soir, le Grand Conseil genevois a tranché. Ce sera un budget résolument antisocial. Moins pour l'éducation, moins pour le logement, moins pour la santé, moins pour l'aide sociale.
 
Et au niveau des recettes? Rien. Le nouveau paradigme est inébranlable: l'Etat est trop gros. Il faut couper, et couper de préférence dans les prestations. Dans les prestations destinées aux familles, et aux plus fragiles d'entre nous.
 
Le résultat était plus ou moins attendu. Pas forcément avec une telle ampleur.
 
Une nouvelle majorité cantonale inédite a pris le pouvoir. À nous de lui faire comprendre qu'elle se trompe.
 
Car aucune société ne gagne à exclure les plus faibles au profit des plus forts. Pas longtemps en tous cas.
 
Il nous reste encore les armes de la rue, la lutte sur le terrain au chevet d'une Genève malade où les inégalités ne cessent de ce creuser.
 
La nouvelle droite n'a qu'à bien se tenir. Elle va avoir fort à faire devant la colère légitime de la population.
 
Cette nouvelle droite a gagné une première bataille. À nous de lui faire perdre la guerre.

07:50 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

Commentaires

Et si vous aviez été élu à la place de Dal Busco, aux financess, vous tiendriez quel discours ?

Écrit par : Pierre Jenni | 22/12/2014

Bah... vous ne savez peut-être pas que Berne en est à son 15ème plan d'économies. Là-bas on ne sort pas vite les grands mots.

Écrit par : JDJ | 24/12/2014

Les commentaires sont fermés.