11/03/2015

Vernier, un Conseil administratif qui rassemble

La politique verniolane est ainsi faite qu'il est de bon ton aujourd'hui de dire que le Conseil municipal est bloqué par des luttes partisanes que rien n'y avance. Pourtant cela est faux.

Pendant la législature qui s’achève le Conseil municipal de Vernier, constitué de 5 groupes et de deux indépendants, a beaucoup travaillé et a été saisi de plus de 160 délibérations émanant du Conseil administratif. La plupart abordent des sujets qui engagent  l'avenir de la commune et la qualité de vie de la population.

 

Un Conseil administratif responsable tel que nous le concevons doit, même s'il dispose d'une majorité, être capable de dialoguer avec tous les groupes du Conseil municipal pour faire en sorte que les projets d'importance remportent l'adhésion la plus large possible au sein du délibératif. Ici, nulle économie de débat, il faut convaincre, expliquer, décortiquer, mettre en évidence l'intérêt général du projet. C'est une exigence éthique à l'égard des élus, c'est une attitude salutaire vis-à-vis du rôle de contrôle que le Conseil municipal a à l'égard du Conseil administratif.

 

Cette politique de rassemblement nous l’avons pratiquée pendant cette législature et comptons la poursuivre pour la suite.

 

En dehors des budgets de fonctionnement qui ont tous été adoptés à de larges majorités, trois votes parmi d'autres sont exemplaires de la "méthode Apothéloz-Rochat-Ronget":

 

1. 2012. La réfection de la route du Bois-des-Frères, du rond-point et de l'Avenue du Lignon. Montant total, 12.5 millions. C'est le plus gros budget présenté ces dix dernières années. Les enjeux portent sur la mobilité, l'évolution de notre paysage urbain et la gestion des eaux.

Ce n'est donc pas un sujet qui se traite à la légère. Ainsi, après plusieurs heures de débat, d'écoute, de transmissions d'informations détaillées, le Conseil municipal vote le crédit, 4 groupes sur 5 adhèrent au projet (PS, Verts, PLR, MCG), seul l'UDC s'abstient.

 

2. 2013-2014. Petite enfance, les places manquent malgré la création ces dernières années de plusieurs crèches : Lignon, Libellules et Vernier village ainsi que la mise en place d'une structure associative pour les accueillantes familiales à la journée. Le Conseil administratif crée et anticipe. Trois demandes de crédit sont déposées devant le Conseil municipal.

En matière de petit enfance, les débats peuvent souvent être délicats à mener, ouvrir de nouvelles crèches implique d'engager du personnel et donc d'augmenter la masse salariale dans le budget de la commune, autant de sujets qui peuvent diviser. Mais là également, la conviction du Conseil administratif, son unité et la solidité des dossiers emportent à chaque fois l'unanimité des votes.

 

3. 2014. Culture. Souvent décrite comme le parent pauvre du budget, la culture verniolane a connu un coup d'accélérateur depuis 2012, de 8 spectacles annuels nous sommes passés à une centaine. Pour offrir au public et aux artistes des conditions optimums, le Conseil administratif a donc proposé au Conseil municipal la création d'un centre culturel et salle de spectacle à Châtelaine et en même temps une fondation qui aurait pour tâche de porter puis de gérer le projet. Là encore la conviction, les explications détaillées et une vision claire des enjeux de la culture à Vernier ont créé l'adhésion du Conseil municipal autour du projet du Conseil administratif. Au vote, 4 partis (PS, Verts, PLR et UDC) soutiennent le crédit d'étude contre un seul qui s'abstient. Quant à la création de la fondation, la FODAC, elle est unanimement plébiscitée par les conseillers municipaux.

 

Avec le délibératif, un exécutif ne décide pas, il propose, consulte, informe et applique. C'est notre méthode, celle que nous mettons en œuvre avec le Conseil municipal mais également avec la population verniolane dont les besoins sont au centre de nos préoccupations.

11:03 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook