03/02/2016

Opéra des Nations: « Opposer une forme de culture à une autre est un discours réactionnaire »

A l’heure où les Nations sont troublées par tant de haine et d’exclusion, j’ai été très heureux de participer hier soir à l’inauguration de l’Opéra des Nations. Quel magnifique symbole.

Notre Grand-Théâtre a entamé sa migration provisoire pour quelques années, dans l’attente des travaux de rénovation qui vont permettre de remettre à neuf son écrin historique. Le magnifique bâtiment du Grand Théâtre, inauguré en 1879 et partiellement reconstruit en 1962 après l’incendie de la salle de spectacles, opère une mue bienvenue.

Les Communes genevoises participent à une vie culturelle riche et variée

En tant que Président de l’Association des communes genevoises, je suis heureux que notre Association ait pu être pleinement actrice des grands changements que va provisoirement connaître le bâtiment du Grand Théâtre.
L’Association des communes genevoises a contribué aux travaux à hauteur de 3 millions de francs, en plus de sa subvention annuelle ordinaire. Et ce quelles que soient les décisions à venir concernant la répartition des tâches entre le Canton et les Communes. Preuve s’il en est que les communes genevoises ont à cœur de participer à une vie culturelle riche et variée.


Ce fleuron prestigieux de la culture est une institution cantonale et régionale, qui bénéficie du soutien de l’ensemble des collectivités publiques.


Dans un période où la culture – sous toutes ses formes – est chahutée de toutes parts, et où l’édifice du Grand-Théâtre a tristement subi les foudres de quelques inconscients particulièrement mal inspirés, il est plus que jamais nécessaire de réaffirmer notre soutien unanime et résolu aux grandes institutions culturelles de notre canton.

Le Grand-Théâtre ne doit pas être élitiste

Je refuse catégoriquement de considérer que notre Grand-Théâtre est une institution élitiste, réservée à un cercle d’initiés, et qui ne profite qu’à une petite partie de la population.
Ce discours réducteur, je l’entends trop souvent de la part de celles et ceux qui voudraient niveler notre offre culturelle par le bas. Alors qu’il faut, au contraire, ouvrir celle-ci à toutes et tous !

Opposer les formes de culture, une grossière erreur!

Opposer une forme de culture à une autre est un discours réactionnaire que je condamne avec la plus grande fermeté.

Le Grand-Théâtre appartient à toutes les Genevoises et à tous les Genevois. Je sais les efforts que le Conseil de fondation réalise chaque jour pour combattre l’image élitiste que véhiculent encore trop souvent les arts lyriques.

Les stéréotypes ont toujours la peau dure, mais je ne doute pas un instant de la volonté affichée des Autorités et du Conseil pour les briser.

Je souhaite que le déménagement du Grand-Théâtre dans ces nouveaux murs aidera à cette nécessaire transformation des mœurs.

Pari ambitieux que celui-ci, qui casse nos habitudes établies, qui fera pour quelques temps savourer les délices d’une programmation de grande qualité dans ce nouveau bâtiment.


L’Association des communes genevoises que je préside est attachée à l’institution qu’est le Grand-Théâtre. Le souci que nous portons à l’avenir et à la pérennité du Grand-Théâtre.

Une fierté pour notre canton

Nous avons la chance inouïe de bénéficier d’une scène lyrique internationalement reconnue, qui fait la fierté de notre canton et de ses habitant-e-s.
C’est là un bien précieux, qui mérite en tout temps, notre soutien.

Je souhaite la bienvenue à l’Opéra des Nations et remercie l’ensemble des membres du Conseil de fondation, du personnel rattaché au Grand-Théâtre, les ménènes,  les mandataires et les ouvriers qui ont travaillé sur ce chantier pour nous offrir un magnifique bâtiment.

 

Discours prononcé à l'occasion de l'inauguration du bâtiment de l'Opéra des Nations le 2 février 2016.

18:20 Écrit par Thierry Apothéloz dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook