20/08/2017

La solitude tue

vieillesse, genève, solitude, seniors, solidarité, , liens

Une récente étude américaine vient de démontrer ce que beaucoup d’entre nous, instinctivement, savent déjà : on meurt plus vite lorsqu’on est seul. Le professeur vaudois Jean-Pierre Fragnière le dit depuis longtemps. Entendons par là que l’isolement social est un facteur de dégradation des conditions de vie très important et qu’il nous faut aujourd’hui rapidement prendre compte cette donnée, notamment en regard du vieillissement programmé de la population.

Un phénomène à ne surtout pas sous-estimer

L’évolution de nos sociétés occidentales, par l’accentuation de l’individualisme et de la compétition, a progressivement distendu les liens sociaux qui forgeaient autrefois les bases de nos relations communautaires et sociales. Maladie psychiques, atomisation des liens de voisinage, processus d’exclusion en tous genre (et notamment du marché du travail), sont autant de facteurs qui viennent aggraver ce phénomène.

 


Chacun pour soi, volontairement ou non, voilà ce qu’est petit à petit devenue notre norme éthique. Avec des conséquences dramatiques. Et des coûts – humains autant que financiers – énormes pour nos sociétés. S’isoler, donc, conduit à mourir plus vite. Avec une population qui vieillit à une vitesse exceptionnelle, il est temps de repenser nos politiques publiques. Urgemment.

Ce n’est que le début…

D’ici 2050, en Suisse, la population âgée de plus de 80 ans aura doublé. Grand âge rimant souvent avec fragilité, il est fort à parier que les pouvoirs publics devront massivement investir dans l’aide et le soutien aux seniors. Tout doit – dès aujourd’hui – être repensé : aménagement, social, santé, transports, constructions immobilières.

Nos sociétés vont vivre une révolution sociodémographique comme elles n’en ont encore jamais connu au fil des siècles. Et dans un temps relativement court. Il est donc temps de repenser le sens que nous donnons aux relations humaines et à l’inclusion sociale. Ou nous ne pourrons pas faire face longtemps à ce problème.

Remettre du lien, du sens et de l’envie

Plusieurs pistes s’offrent à nous. A commencer, peut-être, par la restauration des solidarités de proximité. Fêtes de quartiers, réseaux de bénévoles, fête des voisins, sont autant d’occasion qu’il nous faut développer pour aller à la rencontre des autres, de celles et ceux qui nous entourent, et avec lesquels nous partageons notre environnement quotidien. Il s’agit ici de restaurer les liens civils et citoyens les plus élémentaires, qui ont tendance à disparaître. Mais la bonne volonté ne suffira peut-être pas à endiguer le phénomène de l’isolement.

Les pouvoirs publics doivent aussi jouer le rôle de facilitateurs et de canalisateurs des solidarités de proximité.

En ceci, particulièrement auprès des seniors, il s’agit de repenser nos modes d’intervention. Actuellement, force est de constater que la plupart de celles-ci concernent le domaine spécifique de la santé, qui est évidemment le plus préoccupant. Mais ça n’est pas suffisant, loin s’en faut. Les gens ont besoin de contacts tout autant qu’ils ont besoin de soins. C’est le sens des résultats de l’étude que nous avons mentionnée en introduction.

Il ne faut plus seulement s’occuper des gens et de leurs conditions d’existence matérielles, il faut commencer à repenser le soutien moral, psychologique et tout simplement humain. Il faut recréer du lien social en consacrant du temps, de l’énergie et donc des moyens à la préservation des relations humaines.

Aujourd’hui malheureusement, sous la pression - indéniable – des coûts, ces simples présences humaines, ces interactions si riches de sens, ont tendance à disparaître : les visites médicales à domicile sont minutées, les facteurs ne sonnent plus aux portes, les offices postaux disparaissent, les commerces de proximité sont avalés par les grandes surfaces et la concurrence d’internet. Tout va dans le sens d’une disparition progressive des possibilités de rencontrer les autres. Même un peu, même pour quelques instants, même pour échanger ces petites banalités qui n’ont parfois l’air de rien, mais qui pour certains constituent souvent le seul contact humain d’une journée.

L'inaction nous coûtera très cher

Nos seniors vont être de plus en plus nombreux. L’isolement guette. Les coûts seront énormes. Et si je suis conscient que, comme pour toute politique sociale, la prise en compte de ce risque nécessitera des moyens conséquents, je sais aussi que de ne rien faire nous coûtera au final, comme toujours, beaucoup plus cher.

J’ai souvent tendance à dire que notre cohésion sociale a un prix. Un prix qu’il nous faudra de toute manière payer un jour ou l’autre, bon gré mal gré. A nous d’être inventifs et d’anticiper les problèmes avant que ce prix ne devienne réellement exorbitant. L’isolement des seniors risque de nous coûter une fortune.

13:48 Écrit par Thierry Apothéloz dans Cohésion sociale, Société | Lien permanent | Commentaires (12) |  Facebook

Commentaires

Merci pour cet article très réaliste En effet la solitude tue à petit feu et lentement
Surtout de nos jours, on ne rencontre plus que des visages fermés détestant dialoguer sans parler de maladies ou de catastrophes
Quand on vit seul on a besoin d'être encouragé ,de pouvoir partager quelques rires et non être associé aux malheurs du monde pour lesquels on sera d'autant impuissant
Solitude et veuvage sont les deux mamelles qui peuvent être source de nombreux conflits de la part de gens mariés ne supportant plus la compagnie de l'autre
Ou nous pondra des phrases du genre mais y'a internet pour faire vos achats ou y'a Exit si vous en avez marre ,quelle lâcheté de la part d'un monde qui crie sur tout sur tous les toits ,on fait tout pour les ainés
Surtout qu'internet représente un monde vide de chez vide !
Bon dimanche !

Écrit par : lovejoie | 20/08/2017

La solitude c`est de plus en plus aussi le lot des jeunes des grandes villes dans les pays "développés". Le manque et la chereté des logements, la précarité de l`emploi ainsi que les horaires de travail "élastiques" et différents d`un individu a l`autre ne favorisent pas les rencontres et la constitution de couples stables ni meme les relations d`amitié. Maintes choses devront changer a l`avenir pour éviter que le déséquilibre démographique et le mal de vivre généralisé ne finissent par s`imposer.

Écrit par : Jean Jarogh | 20/08/2017

Quelque chose me dit qu'on va vous lire plus souvent dorénavant...

Écrit par : Pierre Jenni | 20/08/2017

Je recommande vivement la lecture de ce livre: «L'esprit de solitude», de la lumineuse Jacqueline Kelen. Un ouvrage que j'ai lu avec beaucoup d'attention et qui m'a considérablement enrichi.

Extrait d'une présentation de ce livre, telle qu'on peut la lire sur
http://www.livres-online.com/L-esprit-de-solitude.html :

"Pour la plupart des gens, la solitude est quelque chose de négatif; personne n’est à l’abri du découragement qu’il éprouve à l’idée d’être seul, car être seul signifie pour la plupart des gens «être oublié, abandonné, isolé». Et pourtant!

La solitude c’est tout le contraire de l’isolement, c’est se retrouver face à soi-même, à sa propre richesse intérieure. C’est le contraire d’un enfermement, car être solitaire ne signifie pas être isolé, c’est au contraire la possibilité d’un immense apprentissage de soi et - sans que ce soit contradictoire - des autres. Être solitaire c’est retrouver enfin au fond de soi le chemin qui mène à une création, qu’elle soit artistique ou autre, c’est retrouver le chemin de la méditation, de la réflexion. Les philosophes, les artistes, les mystiques, les penseurs de tous temps ont apprivoisé et aimé la solitude. Notre société lutte fortement contre cet état de solitude, porteur cependant d’une immense liberté; pourquoi la solitude fait-elle tellement peur?

Comment pourrais-je mieux faire comprendre ce que veut dire l’auteur si ce n’est en citant ses propres paroles : «la solitude est loin d’être un enfermement, c’est un état d’heureuse plénitude parce qu’elle nous offre la clé de la vie intérieure et créative, et aussi parce qu’elle est disponibilité et apprentissage de l’amour. il n’est pas de liberté de l’individu sans ce recueillement de la pensée et cet ermitage du coeur».

«L’Esprit de Solitude» est un hymne à la joie, à la solitude conçue non pas comme une séparation d’avec le monde ou comme une malédiction mais tout au contraire comme une fusion avec soi. Quant à l’écriture, elle est magnifique; Jacqueline Kelen met sa joie et sa beauté dans des paroles de pure poésie."

Écrit par : Mario Jelmini | 20/08/2017

Monsieur Apothéloz A ne pas oublier la somme de paramètres qui fait que chaque solitude est ressentie différemment selon l'endroit et nos soi disant semblables voisins dans les immeubles etc etc
Ce qu'on a vécu durant l'enfance est aussi un facteur qui avec l'âge venu fait partie des derniers repères dans un monde ou on veut détruire tout ce que l'humain posséde pour sa propre survie
Je pense aux paysages connus de longue dates et qui eux aussi changeront suite à certaines élections
les enfants des anciens petits commerçants ont appris très vite à vivre isolés du groupe ce qui aujourd'hui leur permet sans doute d'appréhender la solitude différemment tandis que d'autres ayant toujours vécu entourés d'amis et les voyant mourir les uns après les autres se lamenteront peut-être plus facilement

Écrit par : lovejoie | 20/08/2017

Mario Jelmini@ Merci pour votre commentaire, c'est exactement ce que je vis. Tous les matins, je me réveille en me félicitant du bonheur d'être seul et de décider de ma journée comme je le veux. Le discours dominant est contre nous, cela n'a aucune importance. La dictature des femmes : no pasaran !

Écrit par : Géo | 20/08/2017

@lovejoie

"...détestant dialoguer sans parler de maladies ou de catastrophes "

Plusieurs programmes de la RTS ne parle que de ça! Jamais vu une chaîne aussi lugubre!

Écrit par : Patoucha | 20/08/2017

@Mario Jelmini :)

"La solitude c’est tout le contraire de l’isolement,....ont apprivoisé et aimé la solitude. "

Une grande vérité! Et quelle paix... à condition de l'aimer cette solitude, de la doser....

Écrit par : Patoucha | 20/08/2017

Et puis...il y a les blogs.tdg.ch :-)

Écrit par : absolom | 20/08/2017

L'isolement et la solitude des personnes de tout âge sont souvent le lot de familles décomposées et ... recomposées : il suffit d'observer les liens familiaux et son s'aperçoit très vite que l'entourage prend "fait et cause" pour l'un des conjoints, en général l'homme qui, lui, se "remet en ménage" assez rapidement au contraire de la femme.

En vieillissant, la femme reste très souvent seule alors que l'homme sera plus facilement entouré. Il suffit d'aller se promener le dimanche sur les quais, dans les parcs, dans les restaurants etc... pour très vite s'en apercevoir !!!

Écrit par : Marie | 21/08/2017

"La solitude c’est tout le contraire de l’isolement, c’est se retrouver face à soi-même, à sa propre richesse intérieure. " (Mario Jelmini)

Effectivement. Un détail qui fait une différence entre ... la solitude ... et la ... misére.

Écrit par : Chuck Jones | 21/08/2017

@Patoucha d'où l'importance de ne pas rester connecté aux médias
Autant écouter Fabrice Lucchini ou un autre éveilleur au rire
Bonne journée ,j'étains mon ordi ! cinq minutes le soir cinq minutes le matin pour ne pas me laisser manipuler

Écrit par : lovejoie | 22/08/2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.