06/04/2013

PORTUGAL • Grândola : le peuple retrouve la voix

De plus en plus de Portugais entonnent l’hymne de la révolution des œillets en guise de protestation. Comment une chanson enregistrée en France en 1971 est devenue le symbole de la résistance à l’oppression, hier de la dictature, aujourd’hui du marché.

Lire la suite

12:35 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook

20/01/2013

Salaires : le long chemin de l'égalité

Il est des combats politiques qui, parce qu’ils sont anciens, parce qu’ils sont connus, ne sont plus vraiment à la mode, alors même qu’il reste tant de chemin à parcourir. L’égalité est de ceux-là. Je le constate en découvrant les chiffres publiés récemment par le Bureau de la promotion de l’égalité en hommes et femmes (BPE). Aujourd’hui encore, à Genève, le salaire des femmes est inférieur de près de 600.- à celui des hommes. Certes, l’écart à Genève (7.9%) est moins important que dans le reste de la Suisse (18.4%), mais dans un canton comme le nôtre, cela demeure encore et toujours parfaitement inadmissible.

Aujourd’hui, en Suisse, après des décennies de luttes acharnées, on peut sans autre affirmer que les femmes et les hommes sont égaux et bénéficient des mêmes droits. Mais pas des mêmes opportunités, pas des mêmes considérations, pas des mêmes chances, pas des mêmes responsabilités. L’égalité de fait ne remplace pas l’égalité dans les faits. Le chemin est, malheureusement, encore long.

Partant, j’appelle à ce que le programme du parti socialiste genevois, en cours de rédaction citoyenne, prévoit des propositions claires et concrètes en ce sens.

17:14 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

27/11/2012

Communiqué de presse : le Conseiller administratif socialiste, Thierry APOTHELOZ, candidat à l’élection du Conseil d’État en 2013

C’est au cœur de la cité du Lignon, ce mardi 27 novembre, que Thierry Apothéloz a annoncé officiellement sa candidature à l’élection du Conseil d’Etat 2013.

La veille, Thierry Apothéloz a reçu le soutien unanime de la section du Parti socialiste de Vernier. Marilou Thorel, sa vice-présidente, a souligné les valeurs portées et défendues par le candidat : proximité, conviction, écoute, concertation.

Fort de l’expérience acquise au sein de l’exécutif de la Ville de Vernier, Thierry Apothéloz se présentera le 9 mars 2013 aux militantes et aux militants de son parti comme le candidat d’un parti uni et ambitieux, d’une gauche réaliste et audacieuse.

A 41 ans, travailleur social et juriste, Thierry Apothéloz a déjà derrière lui un long parcours militant et politique. Sur le plan cantonal, il a siégé au Grand Conseil en 2001. Deux ans plus tard en 2003, il est élu maire de Vernier, la deuxième commune du canton.

Thierry Apothéloz s’engage alors avec succès dans la lutte contre les inégalités sociales et dans l’amélioration de la qualité de vie des habitantes et des habitants de sa commune. Il fonde en 2005 les premiers Contrats de Quartier, forme nouvelle de démocratie participative. Il crée notamment un service de cohésion sociale destiné à la renforcer par des actions concrètes et novatrices dans les domaines des seniors, de l’emploi, de la jeunesse, des Contrats de Quartier et des correspondant-e-s de nuits (médiateurs nocturnes). En outre, il est en charge de la petite enfance, de la sécurité municipale et de l’environnement urbain.

Sur le plan cantonal, il siège en tant que vice-président de l’association des communes genevoises (ACG), de l’Hospice Général (HG) et de la fondation genevoise pour l’animation socioculturelle (FASe). Il préside l’Oeuvre Suisse d’entraide ouvrière (OSEO-GENEVE) et est membre du Conseil de PRO, entreprise sociale privée.

Enrichi de ces expériences, Thierry Apothéloz est déterminé à porter des solutions aux défis qui attendent le canton de Genève et sa région. Il entend mener une politique de proximité, de confiance, fondée sur des décisions de justice et de cohésion sociales, pour un mieux vivre ensemble. Pour cela, il a indiqué dans une brochure dix principes d’actions qu’il souhaite développer au gouvernement genevois.

Magistrat de dialogue, socialiste volontaire et dynamique, Thierry Apothéloz continuera à se battre pour une société plus solidaire et plus équitable :

« Ensemble Autrement »

Marilou THOREL, vice-présidente PS Vernier

Thierry APOTHELOZ, Conseiller administratif

13:41 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

08/11/2012

François, Sylvie et Philippe attaqués par les Libéraux et les Radicaux ou le coup du PLR contre les classes moyennes et les bas revenus

 

Février 2013…

 

 

 

François, jeune diplômé de l’Université, n’a pas trouvé d’emploi et est toujours en attente de pouvoir s’inscrire au chômage. En ouvrant son courrier, il découvre une mauvaise surprise : le montant de ses impôts s’élève désormais à CHF 365, bien plus que les CHF 25 de l’année passée. C’est particulièrement gênant pour François qui avait déjà des problèmes à payer son indispensable abonnement de bus.

 

 

Philippe a finalement pu s’inscrire au chômage non sans difficultés. Il a rendez-vous à l’Office cantonal de l’emploi pour faire le point avec sa conseillère qui l’a déjà bien aidé dans ses démarches. Malheureusement, il reçoit un téléphone : son rendez-vous est annulé, sa conseillère est partie précipitamment à la retraite pour bénéficier de son PLEND, et ne sera pas remplacée. Philippe va devoir encore patienter.

 

 

Sylvie a vendu sa voiture et épuisé le modeste montant qu’elle a pu en retirer. Elle bénéficie finalement de l’aide de l’Hospice général. Ce n’est pas grand-chose mais ça aide. Quelle mauvaise surprise elle a eu ce matin en voyant qu’elle devra payer 15 fois plus de taxes. C’est autant d’argent en moins à la fin du mois et cela condamne définitivement les deux heures de répétitoires qu’elle envisageait pour son aîné pour palier la diminution des appuis scolaires en raison du départ annoncé de nombreux enseignants.

 

 

Ces personnes que je connais, je vous les ai présentées dans un récent article qui illustrait la fracture sociale grandissante à Genève. Aujourd’hui, je m’insurge contre le budget 2013 proposé par le PLR qui ne fera qu’empirer la situation déjà difficile de ces personnes. La seule augmentation des revenus de l’Etat proposée, soit l’augmentation de la taxe de base des impôts de CHF 25 à CHF 365, revient à s’attaquer uniquement aux plus vulnérables qui n’entrent pas dans le barème des impôts. Occultant aussi que cette cynique n’apporterait qu’un goutte d’eau dans les revenus de l’Etat et qu’elle engendrait des dépenses supplémentaires pour les institutions sociales, le PLR fait sien le dicton d’Alphonse Allais : « il faut prendre l'argent là où il se trouve, c'est-à-dire chez les pauvres. Bon d'accord, ils n'ont pas beaucoup d'argent, mais il y a beaucoup de pauvres ».

 

 

En souhaitant ne remplacer qu’un départ sur deux de fonctionnaires à la retraite, l’attaque féroce du PLR s’étend également aux classes moyennes. La proposition entrainera moins d’enseignants, moins de conseillers en placement, moins d’infirmières, moins de professionnels pour assurer la protection des mineurs, en un mot moins de prestations pour celles et ceux qui en ont le plus besoin.

 

 

Rappelons-nous que le PLR au pouvoir pendant 26 de ces 30 dernières années est manifestement en grande partie responsable de la situation financière actuelle, au nom de François, Philippe et Sylvie et de toutes les futures victimes de M. Weiss et consorts, je vous invite à résolument combattre la proposition de budget des Libéraux-Radicaux. J’affirme aussi avec conviction que la promotion de finances publiques saines et le maintien d’un service public de qualité ne pourront être réalisés que par un effort de celles et ceux qui en ont vraiment les moyens, et non uniquement par la ponction des plus pauvres. C’est aussi cela la République !

 

10:05 Écrit par Thierry Apothéloz dans Action sociale & emploi, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

14/10/2012

Budget 2013 : le PLR est irresponsable

 

Le PLR, avec l’appui du MCG et de l’UDC, a refusé l’entrée en matière sur le budget. La raison avancée : diminuer de moitié le déficit annoncé de 278 millions.

 

On pourrait sourire de cette position de la part d’un parti qui a refusé toutes les propositions même modestes pour que les plus aisés d’entre nous participent à l’effort. On pourrait même rire de la position d’un parti qui a trois représentant-e-s au gouvernement, dont est issu le projet de budget. On pourrait encore rire du fait que durant les trente dernières années la gauche n’a été majoritaire qu’une seule fois et qu’à ce titre la dette est un héritage de la droite.

 

Mais, je n’ai pas le cœur à rire, car derrière les chiffres, il y a des femmes et des hommes qui vont souffrir des conséquences.

 

En effet, 140 millions, c’est moins de médecins, moins d’infirmières et infirmiers, moins d’enseignant-e-s, plus d’attente pour les chômeuses et les chômeurs, plus d’attente pour un passeport ou un  permis, plus d’élèves dans les classes, moins de moyens pour la recherche. En d’autres mots, c’est moins pour celles et ceux qui en ont besoin le plus.

 

Le PLR joue aux apprentis sorciers en refusant le débat/l’entrée en matière et une approche équilibrée des finances publiques. Ce n’est pas seulement de la basse politique à courte vue, c’est surtout irresponsable face aux défis auxquels Genève doit faire face.

08:24 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook