22/12/2014

Mort aux faibles !

Vendredi soir, le Grand Conseil genevois a tranché. Ce sera un budget résolument antisocial. Moins pour l'éducation, moins pour le logement, moins pour la santé, moins pour l'aide sociale.
 
Et au niveau des recettes? Rien. Le nouveau paradigme est inébranlable: l'Etat est trop gros. Il faut couper, et couper de préférence dans les prestations. Dans les prestations destinées aux familles, et aux plus fragiles d'entre nous.
 
Le résultat était plus ou moins attendu. Pas forcément avec une telle ampleur.
 
Une nouvelle majorité cantonale inédite a pris le pouvoir. À nous de lui faire comprendre qu'elle se trompe.
 
Car aucune société ne gagne à exclure les plus faibles au profit des plus forts. Pas longtemps en tous cas.
 
Il nous reste encore les armes de la rue, la lutte sur le terrain au chevet d'une Genève malade où les inégalités ne cessent de ce creuser.
 
La nouvelle droite n'a qu'à bien se tenir. Elle va avoir fort à faire devant la colère légitime de la population.
 
Cette nouvelle droite a gagné une première bataille. À nous de lui faire perdre la guerre.

07:50 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook

21/11/2014

Pour l'emploi joindre la parole aux actes : travailler concrètement avec les entreprises

J’annonçais il y a quelques temps ma volonté de renforcer les liens nécessaires entre les collectivités publiques et les entreprises qui ont leur siège sur leur territoire. Pour ma ville de Vernier, cette intention s’est concrétisée par le vote du budget 2015, lequel prévoit la création d’un poste d’un conseiller aux entreprises, dont la mission sera justement de renforcer les liens entre les besoins du tissu économique et ceux des demandeurs d’emploi de la commune. Un nouveau départ pour de nouveaux projets et, c’est certain, une dynamique d’insertion professionnelle basée sur un partenariat durable et solide.

 

Aujourd’hui déjà, cette volonté politique trouve un premier succès dans la convention de partenariat que Vernier (de même que Meyrin et le Grand Saconnex) vient de signer avec l’entreprise Swissport, afin de favoriser l’engagement de demandeurs d’emploi issus de ces communes limitrophes de l’aéroport. Après une période de mise en œuvre de la convention avec Swissport, l’objectif est par la suite de pouvoir développer une structure d’apprentissage auprès de cette entreprise.

Ce partenariat est le fruit d’une volonté politique que j’ai inscrit sur trois dimensions.

Premièrement, c’est agir dans une logique d’insertion professionnelle, à savoir offrir un suivi individuel en matière d’emploi et de formation à tous les habitants et habitantes qui le désirent, faire un travail d’information, d’orientation, de conseil, d’accompagnement, un travail sur le projet et les compétences professionnelles.

Ensuite, il s’agit de travailler dans une logique de promotion économique, créer des liens avec le tissu économique, aller à la rencontre des entreprises, comprendre leur situation, perspectives, enjeux, chercher à savoir comment notre commune peut les soutenir.

Finalement, et c’est là l’élément clé de notre action, c’est faire se rencontrer offre et demande, les faire communiquer, et chercher des moyens de répondre aux besoins de manière croisée.

Le partenariat que nous concrétisons aujourd’hui par la signature de cette convention illustre parfaitement cette dynamique intelligente que nous voulons initier. Pour Swissport, ce projet est un moyen d’optimiser les processus de recrutement (environ 300 postes par année s’ouvrent), d’avoir rapidement et facilement accès à des dossiers de candidatures, locales de surcroît. Pour le public de notre structure d’insertion, c’est l’opportunité de trouver un emploi, de manière privilégiéeChacun suit finalement son intérêt, et tout le monde y trouve son compte. Le rôle de la commune ? Organiser cette rencontre et poser un cadre, c’est à dire veiller à ce que la relation qui en découle se construise dans de bonnes conditions.

Vernier, on le sait, est la commune du canton qui compte le plus haut taux de chômage (près 6%), avec certains quartiers, comme les Libellules, où ce taux culmine à 9%. Une politique volontariste est aujourd’hui nécessaire. Et s’il faut continuer de travailler sur le développement des capacités, des expériences et du profil de nos chômeurs, il est devenu également fondamental de tisser des liens forts avec notre tissu économique. Comme souvent, dans l’action sociale de proximité, il faut faire feu de tout bois en matière d’insertion professionnelle.

A Vernier, nous ne faisons pas de promesses – contrairement à d’autres qui aiment agiter leurs manches. Nous faisons du concret, au quotidien. Par des solutions innovantes, avec audace et détermination.

Je remercie Swissport pour sa confiance. Et nous allons continuer à développer ce type de partenariat à l’avenir. Vernier en a besoin !

IMG_8050.JPG


11:38 Écrit par Thierry Apothéloz dans Action sociale & emploi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

03/11/2014

Un forum sur l’emploi. Un forum pour l’emploi.

La ville de vernier organise le 14 novembre prochain un forum intitulé « le travail des mères. Les mères au travail ». Conférences, colloques, rencontres, débats sont autant d’activités qui vont rythmer cette journée sur la thématique du travail des femmes/mères. Certes, cette problématique ne sera pas réglée en un jour, mais cet événement en tous point exceptionnel permettra surtout de confronter les différents mondes du travail : entreprises, chercheur-eus-e d’emploi, spécialistes en insertion professionnelle et politiques.

 La bataille de l’emploi se gagne sur tous les terrains

L’organisation de ce forum n’est qu’une des nombreuses mesures que la ville de Vernier, par l’intermédiaire du service de la cohésion sociale, met en œuvre pour lutter contre le chômage et promouvoir une insertion professionnelle durable de ses habitant-e-s. Le quotidien du service, ce sont aussi les accompagnements personnalisés, l’octroi de "chèque de formation", le subventionnement de cours de remise à niveau, l’organisation de stages et de chantiers d’utilité collective. Car, pour l’emploi, toutes les mesures sont bonnes à prendre. Tout ce qui peut rapprocher les personnes en recherche d’insertion du marché du travail est utile. L’expérience, la qualification et la motivation sont les meilleures armes pour lutter contre le chômage. Et c’est le rôle des collectivités publiques de d’y pourvoir. En ceci, la ville de Vernier n’a pas à rougir des nombreux efforts qu’elle a déjà fournis dans ce domaine – et qu’elle continuera à fournir à l’avenir.

Travailler avec les entreprises

Mais la bataille de l’emploi ne se gagne pas qu’en travaillant sur les individus. Elle se gagne aussi en renforçant les collaborations avec les entreprises et le monde du travail. Et dans ce domaine, tout ou presque reste encore à faire ! La promotion économique, aujourd’hui, ne doit plus se limiter à des questions fiscales ou d’infrastructure. Il s’agit de considérer non plus les entreprises comme des clientes des collectivités publiques, mais bien des partenaires à part entière dans la lutte contre le chômage.

Cela passe en premier par l’implication des entreprises dans la vie locale, en renforçant leur implication dans la communauté et, en contre partie, en renforçant l’intérêt des pouvoirs publics pour les problèmes concrets qu’elles rencontrent au quotidien. Au même titre que les habitant-e-s ou les associations, les entreprises sont des acteurs fondamentaux, qui jouent un rôle important au bénéfice de la collectivité. Les entreprises ne sont pas des organismes immatériels mus uniquement par le profit et la rentabilité. Ce sont aussi, surtout, des PME – 95% de notre économie ! – qui se soucient autant du bien-être de leurs collaborateur-trice-s que de leurs bénéfices.

Pour exemple, il y a de cela quelques années, la ville de Vernier avait mené uns enquête auprès d’une soixantaine d’entreprises pour connaître leur position face à l’engagement d’apprenti-e-s. Les résultats étaient étonnants. La principale barrière à l’engagement d’apprentis n’était pas constituée par des questions financières ou salariales, mais par la gestion administrative et le suivi que de tels engagements impliquaient. Partant, nous avons renforcé l’intensité des suivis assurés par le service de la cohésion sociale auprès du personnel en formation placé dans les entreprises, afin de décharger celles-ci des lourdeurs de ce type de tâche. Une mesure simple, mais efficace. Et il y a en a encore tant d’autres qui pourraient être mises en place…

Un forum pour se parler, se connaître et travailler ensemble

Par l’organisation de ce forum, Vernier souhaite clairement mettre le pied dans la porte. Il s’agit aujourd’hui de renforcer considérablement les relations entre les collectivités publiques et les entreprises. Vernier a la chance de pouvoir compter sur un important tissu industriel. Ce notre rôle de politique que de leur tendre la main et de les inviter à collaborer avec nous. C’est ensemble que nous gagnerons la bataille pour l’emploi.

* * * * *

Il reste quelques places disponibles. L'inscription est gratuite mais obligatoire en vous rendant ici :

https://secure.i-web.ch/gemweb/vernier/fr/prestations/gui...

15:22 Écrit par Thierry Apothéloz dans Action sociale & emploi | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

30/10/2014

La République de Genève veut-elle la mort des communes ?

Depuis avril 2014, le Conseil d’Etat s’est engagé avec l’association des communes genevoises à faire un état des lieux et proposer des solutions à la délicate question des compétences canton-communes. Vaste sujet que celui-ci, qui alimente un grand nombre de fantasmes de part et d’autre sur la redondance des prestations, l’autonomie communale, les doublons divers, les coûts engendrés ou les mesures d’économie possibles. L’un dans l’autre, nous n’avons pas le choix, puisque la nouvelle Constitution nous invite à rapidement nous déterminer les uns et les autres sur une répartition plus harmonieuse et efficace des compétences. Cela n’est pas tant le processus qui déplaît. C’est la méthode.

 

Le canton veut décider seul ou comment passer d’une négociation à une consultation des communes

Lors d’une séance du comité de pilotage canton-communes, ce mardi, il a été expressément décidé de ne pas communiquer à l’externe sur les travaux en cours, afin d’éviter des réactions épidermiques sur des travaux qui en sont encore à leurs débuts. Mais le Président du Conseil d’Etat ne l’a pas entendu visiblement de cette oreille, puisqu’il a annoncé urbi et orbi le contenu actuel des discussions. Aurait-il voulu saper le processus, il ne s’en serait pas pris autrement ! Car son agenda est clair : plutôt que de dialoguer avec les communes et essayer de dégager des terrains d’entente – et il y en a plein – le président du gouvernement préfère passer en force et solliciter directement le Grand Conseil. Les communes n’avancent pas assez vite selon lui. Et de nous rabâcher son pseudo-argument éculé, comme quoi, s’il avait fallu 8 mois pour réunir les deux Allemagnes, il ne comprenait pas pourquoi cela prenait autant de temps que de répartir les compétences canton-commune.

 

Il se trompe : il a fallu plus de 20 ans pour réunir les deux Allemagnes. Mais là n’est pas l’essentiel. Au-delà de cette comparaison futile, c’est surtout la complexité du domaine qui est en cause, et les méthodes cavalières choisies par le Conseil d’Etat pour passer en force, plutôt que de choisir la résolution conjointe des problèmes avec les 45 communes concernées. En voulant éliminer les communes du processus décisionnel, notre gouvernement risque simplement de faire capoter tout le projet.

 

Les enjeux sont énormes

Genève est une ville canton, où ce dernier s’est arrogé la plupart des pouvoirs, contrairement aux autres cantons de Suisses, dans lesquels l’autonomie des communes est souvent très importante. Ceci explique peut-être aussi pourquoi la plupart des communes connaissent une situation financière plus ou moins correcte, alors que la dette du canton ne cesse de s’alourdir. Il est intéressant de voir, à titre de comparaison, que le canton de Vaud est parvenu en quelques années à réduire presque entièrement sa dette publique, qui s’élevait à 9 milliards, essentiellement en transférant une partie de ses prérogatives aux communes… qui ont vu leur propre dette cumulée passer dans le même temps de 1 à 5 milliards. Le transfert de charge est donc manifeste et, au final, les collectivités publiques sont tout autant endettées. Ne croyons donc pas une seconde que l’objectif du Conseil d’Etat est d’améliorer l’efficience de l’Etat à Genève. C’est encore et toujours une affaire de gros sous : donner aux communes ce que le canton ne veut plus faire. Les sous suivront. Quand ? Combien ?

 

Les bases d’un dialogue constructif

Le communes genevoises ne sont pas opposées à une meilleure répartition des tâches. Après tout, elles sont les collectivités publiques ayant le moins de compétences de Suisse. Et leur vision de proximité serait un atout indéniable pour toute une série de prérogatives qui pourraient intelligemment leur être confiées. Mais pas à n’importe quel prix. Et, surtout, pas n’importe comment. Quand on sait qu’aujourd’hui le canton souhaite, par exemple, transférer les structures d’aide et de maintien à domicile aux communes alors même qu’il a fallu 15 ans de bataille, à l’époque de Guy-Olivier Segond, pour centraliser l’ensemble de ces prestations dans un dispositif cantonal ! Désenchevêtrer pour enchevêtrer ensuite, voilà une logique de fonctionnement qui m’échappe. Et les exemples sont encore nombreux.

 

Le rôle des communes

Si le canton veut donner plus de pouvoir aux communes, qu’il le fasse. Personne ne s’en plaindra, tant il est vrai que les spécificités de chacune d’entre elles rendraient peut-être bien plus pertinentes une décentralisation de certaines prestations. Il y a forcément matière à travailler sur ce sujet. Mais que le canton joue carte sur table et ne tente pas, comme c’est le cas ici, de décider seul, avec l’appui du Grand Conseil, qui fera quoi à l’avenir. Et, surtout, avec quels moyens. N’oublions pas que les communes sont la base politique de notre pays. Elles préexistaient aux cantons et sont des collectivités publiques auxquelles les citoyennes et citoyens sont particulièrement attachées. Elles sont proches, disponibles, réactives. Leur autonomie, garantie par la Constitution fédérale, ne doit pas être remise en cause pour d’obscures raisons budgétaires dont le but inavoué est de leur faire porter le chapeau d’une mauvaise gestion des affaires cantonales.

 

 

En voulant se décharger lâchement de ses prérogatives sans concertation tout en trouvant ça et là de pathétiques économies de bout de chandelle (cérémonies pour les centenaires, baisse de l’aide sociale, suppression des l’affranchissement des enveloppes de vote), le canton renvoie l’image d’un avion sans pilote. Après un an d’existence, il semble que notre gouvernement navigue à vue, sans projet, sans direction politique, sans vision. Au risque de se crasher. Ou d’exploser en vol.

17:33 Écrit par Thierry Apothéloz dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

26/10/2014

Pourquoi le Canton se moque-t-il des centenaires ?

« Quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brule ». Amadou Ampâté Bâ

 

Le 19 septembre dernier, le Conseil d’Etat a envoyé une lettre à l’ensemble des mairies du canton, leur indiquant que la traditionnelle présence des autorités cantonales aux anniversaires des centenaires ne serait plus assurée. Dès le 1er janvier 2015, le Conseil d’Etat « manifestera plus sobrement son respect à l’égard des centenaires par l’envoi d’un courrier personnalisé, ainsi que d’un bouquet de fleurs ou d’un coffret de trois bouteilles de vin ». Terminé les honneurs. Terminée la reconnaissance d’un parcours de vie. Les centenaire, il y a en a trop. Le Conseil d’Etat n’a plus le temps de leur rendre hommage.

  

Des économies de bout de chandelle

Cette triste mesure n’est que le dernier exemple en date d’une série de petites économies que le Conseil d’Etat distille ça et là, au grand dam de la qualité de vie des habitant-e-s du canton et, surtout, de la cohésion sociale. On se souvient de la volonté de renoncer à l’affranchissement à forfait des enveloppes de vote, ou à la mesquine diminution de 150.- du supplément d’aide sociale. Pour boucler son budget, le Conseil d’Etat ne recule devant aucun sacrifice. Et aujourd’hui, ce sont nos centenaires qui en font les frais. Triste réalité d’un monde qui oublie celles et ceux qui l’ont bâti et qui ont traversé un siècle d’histoire.

 

Honorer le passé, c’est aussi préparer le futur

Certes, arriver à 100 ans est souvent un exploit involontaire. Mais c’est un exploit quand même. Et si l’allongement de la durée de vie présage une augmentation massive des centenaires ces prochaines années, il n’en demeure pas moins que, par tradition, les collectivités publiques ont toujours été associées à ces anniversaires hautement symboliques. Pour les centenaires et leurs familles, souvent réunis à cette occasion, c’était aussi l’occasion de dialoguer avec l’Etat et les politiques, de résumer la vie d’une femme ou d’un homme, de parler du quartier, des changements technologiques, de l’Histoire en général et de leurs histoires en particulier. C’était un lien fort entre celles et ceux qui ont bâti la communauté et celles et ceux qui aujourd’hui la dirigent. C’était une tradition solide. Une tradition où le citoyen centenaire ne se tourne plus vers l’Etat, mais voit l’Etat se tourner vers lui et lui rendre hommage. Aujourd’hui, cette tradition va disparaître. Et ce sont les communes qui, déjà bien présentes lors de ces célébrations, prendront le relais.

 

Que les communes s’en chargent, après tout !

A Vernier – comme ailleurs – chaque célébration d’un-e centenaire est préparée avec soin, en collaboration étroite avec les familles et les proches. Et avec le Gouvernement, qui déléguait jusqu’ici un membre de la Chancellerie pour marquer le coup et rendre hommage aux heureux/euses élu-e-s. Le Canton ne viendra plus ? Tant pis. Les communes prendront le relais – comme elles le font de plus en plus souvent, sans moyens supplémentaires – pour assurer leur présence aux côtés des centenaires. Il est hors de question de se départir de cette tradition. Si les communes doivent représenter l’Etat, elles le feront sans sourciller. A leur manière. Avec respect. Avec humilité.

Pour ma part, en tant que magistrat chargé de la cohésion sociale, je mets un point d’honneur, comme mes collègues, à toujours être présent à ces cérémonies importantes. J’aime à écouter le récit d’une vie, cent ans d’histoire. J’aime à ce qu’on me raconte ma ville, mon canton, mon pays, par celles et ceux qui l’ont vécu pendant un siècle.

 

Tant pis si cela n’intéresse plus le Conseil d’Etat de la République et Canton de Genève. Les communes, elles, continueront de rendre les hommages que méritent les centenaires.

11:53 Écrit par Thierry Apothéloz dans Cohésion sociale | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook