07/03/2017

"Déchets : tolérance zéro !", la ville de Vernier dit STOP aux incivilités.

La Ville de Vernier lance une grande campagne de sensibilisation et d’information. Intitulée « Déchets: tolérance zéro ! », cette dernière se décline en trois phases: communication, répression et évaluation. L’objectif visé est de provoquer une prise de conscience collective sur l’importance du respect des règles de vie en commun.

Depuis plusieurs années, la Ville de Vernier se donne les moyens d’améliorer la qualité de vie de ses habitantes et habitants. Dans ce contexte, la Commune met un point d’honneur à ce que les citoyennes et les citoyens respectent leur environnement par des comportements responsables. Force est de constater que la situation tend vers le mieux, mais ce n’est pas encore suffisant.

L’insalubrité dans les rues est problématique car elle augmente le sentiment d’insécurité d’une partie de la population comme l’a démontré le dernier diagnostic local de sécurité (DSL) établi par la police genevoise en 2013. Selon ce rapport et depuis 2010, les incivilités dont les plus fréquentes sont les abandons d’objets et de saletés, auraient augmenté de 20%. Des comportements qui gênent énormément la population verniolane et qui ne sont pas respectueux du travail du personnel communal qui œuvre au quotidien pour maintenir les espaces publics propres et agréables.

Pour Pierre Ronget, Maire délégué à l’environnement urbain et Thierry Apothéloz, Conseiller administratif en charge de la police municipale, certains agissements doivent évoluer vers le mieux. Le territoire verniolan compte encore trop de déchets en tous genres dans ses rues. Les Magistrats ont donc organisé un plan d’actions qui se décline en trois phases.

La première est une grande campagne de sensibilisation et d’information; opérationnelle dès aujourd’hui et qui s’étendra jusqu’à fin avril. Intitulée « Déchets: tolérance zéro ! », cette campagne vise à informer la population que tout manquement aux règles élémentaires de savoir vivre sera dorénavant réprimandé. Le message est clair: « incivilités ? ça va taxer ! C’est le moment de changer ! ». La communication se décline sur plusieurs supports: affichage, flyers, web, page Facebook. Le dispositif sera complété par des actions hors murs afin de porter ce message dans la rue et d’aller à la rencontre de la population. Les flyers seront distribués dans tous les services de l’administration qui disposent d’un guichet public ainsi que chez les partenaires communaux.

Lors de la deuxième phase les contrevenants seront réprimandés. Pour les autorités «Cette action doit pouvoir provoquer une prise de conscience: certains agissements sont inacceptables et ne seront plus tolérés dans le futur. Un papier ou un mégot jeté par terre, une crotte de chien laissée au sol, des encombrants évacués sur la chaussée ou abandonnés en dehors des dates de levées, tous ces comportements entraîneront une contravention ou une amende administrative, qui selon la loi, peut aller de CHF 100.- à plusieurs milliers de francs. Pour ce faire, la Ville de Vernier se base sur le «Règlement cantonal sur la propreté, la salubrité et la sécurité publiques» qui permet aux agents de police municipale (APM) d’amender «le littering».

Enfin, au deuxième semestre 2017, l’action sera évaluée par un sondage auprès de la population. Ce dernier apportera une analyse de l’opération qui fera l’objet d’une publication et servira de base aux services communaux pour ajuster les actions de cette campagne qui pourrait être réactivée ultérieurement. Afin de compléter le dispositif, une cartographie de l’ensemble des points sensibles de la commune a été réalisée. Ce sont principalement les arrêts de bus, les rues servant de façon récurrente aux dépôts sauvages des encombrants et l’espace pique-nique du Bois de la Grille qui posent problème.


bandeau Déchets: tolérance zéro !
 
Le flyer est visible ici.

07:22 Écrit par Thierry Apothéloz dans Environnement urbain, Sécurité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

22/04/2016

Assermentation des APM: "Un terrain occupé est un terrain sécurisé"

cipale, sécurité
Discours tenu lors de l'Assermentation des nouvelles-eaux Agent-e-s de Police Municipale (APM), le 21 avril 2016

C’est un honneur, en ma qualité de président de l’Association des Communes Genevoises, que d’être ici devant vous pour la prestation de serment des nouveaux agents et des nouvelles agentes de la police municipale des communes genevoises.

Une prestation de serment, c’est un acte fort.

C’est l’acte par lequel vous vous engagez officiellement à vous mettre au service de la collectivité. C’est l’acte par lequel vous faites vœux d’exemplarité, de dévouement et de don de soi.

C’est l’acte fondateur de votre nouveau métier qui vous amènera sûrement à côtoyer de grandes joies et des expériences formidables, mais qui vous fera aussi connaître la détresse, le désespoir et la misère des autres.

C’est l’acte par lequel vous prêtez allégeance, non pas seulement à des autorités politiques, mais bien au peuple lui-même qui, dans notre système démocratique, vous confie une partie de sa précieuse liberté pour que vous puissiez lui garantir, en échange, de la sécurité.

 

Lire la suite

11:01 Écrit par Thierry Apothéloz dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook

10/01/2016

Rentrée scolaire: la sécurité des enfants, priorité de la Police municipale de Vernier cette semaine

sécurité, enfants, police, vernier

A l'occasion de la rentrée, la Ville de Vernier rappellera du 11 au 15 janvier à toutes les utilisatrices et tous les utilisateurs de la route (automobilistes, cyclistes et piétons), mais également aux plus jeunes, les principes de base pour une sécurité accrue des enfants sur le chemin de l'école.

Dans une ville comme Vernier, traversée par des axes routiers importants, j'ai souhaité renforcer la présence de la police municipale aux abords de toutes les écoles, et ce après plus de deux semaines de vacances où certains réflexes et comportements peuvent avoir été oubliés aussi bien par les parents que par les enfants.

L'action PréDiRe (Prévention-Dissuasion-Répression) mise en place à chaque rentrée scolaire, rappelle que les excès de vitesse et les inattentions sont encore trop fréquents. Aux heures d’entrée et de sortie des enfants, les agent-e-s de police municipale auront comme priorité de surveiller les abords des groupes scolaires communaux. Cette action qui me tient à cœur, est organisée en commun avec la Gendarmerie cantonale et plus particulièrement avec le poste de Blandonnet qui effectuera aussi des contrôles du même type.

La police municipales rappellera dans cette campagne les principes de sécurité aux élèves et aux automobilistes empruntant les routes qui desservent les écoles (téléphones portables, phares, stationnement dangereux ou illicite, priorité aux piétons, port de la ceinture de sécurité et bonne utilisation des sièges pour enfants).

Cette action se répétera plusieurs fois en 2016 et permettra, c'est mon souhait, de prévenir des accidents mais également de sensibiliser les enfants, des futurs utilisateurs de la route!

19:15 Écrit par Thierry Apothéloz dans Ecole et formation, Sécurité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

05/04/2013

La criminalité baisse à Genève… et surtout à Vernier !

Les chiffres viennent de sortir : alors que, en Suisse, la criminalité en général a augmenté de près de 9%, celle-ci a diminué de 9% à Genève. Et de 11% à Vernier. Est-ce là uniquement le résultat des réformes de la police genevoise initiés par Pierre Maudet ? Bien sûr que non ! Dans le domaine de la sécurité publique, les communes – si elles le souhaitent – ont aussi un rôle à jouer. Et pas des moindres. Alors que, et c’est réjouissant, l’essentiel des efforts cantonaux se focalisent sur la petite criminalité quotidienne dans certains quartiers, qui empoisonnent le quotidien des habitant-e-s, ou bien mettent l’accent sur le brigandage transnational qui s’attaque à Genève, la question de la sécurité publique, au quotidien, est gérée par les communes. Loin de l’hypercentre, les collectivités publiques mettent également en place des projets ambitieux et novateur pour lutter contre le climat d’insécurité.

 

Une police municipale mobile, attentive et proactive

Les services de police municipale des différentes communes ont pour objectif d’apporter des solutions de proximité et d’assurer une présence rassurante, disponible et efficace aux problèmes de sécurité publique. A Vernier, en l’espace de 5 ans, nous avons plus quasi doublé les effectifs passant ainsi de 11 à 19 agents. A pieds, en patins à roulettes ou en vélo, la Police municipale est présente, tout le temps, dans les quartiers. Hormis les arrestations spectaculaires fréquentes (comme, au mois de septembre 2012, lors d’un braquage de station-service ou comme lorsque des agents sauve un genevois de noyade après avoir sauté du pont Butin), le travail de prévention auprès de la population porte quotidiennement ses fruits. Les chiffres de la police sont explicites : le nombre d’infractions au code pénal diminue de 11 % à Vernier confirmant ainsi la tendance déjà à la baisse constatée au moment du diagnostic local de sécurité 2010 de la police genevoise.

  

Un dispositif complémentaire : les Correspondant-e-s de Nuit

Depuis 2011, Vernier a mis en place un dispositif de « Correspondant-e-s de Nuit ». Il s’agit de médiateur-trice-s sociaux/ales, qui sillonnent à pieds ou à vélo, tous les jours de l’année, de 18h à 2h du matin, les quartiers pilotes (Avanchets et Châtelaine) à la rencontre des habitant-e-s. Disponibles sur un simple appel, ils/elles interviennent pour réguler des conflits, signaler des problèmes à la police ou lutter contre les incivilités. Leur action ne se substitue pas à celle de la police : elle est complémentaire et apporte des réponses rapides, efficaces et coordonnées, sur le terrain. Ce type d’intervention et cette présence, dissuasive, ont, on le sait, un impact certain sur la criminalité.

 

Continuer les efforts, et voir plus loin

 Les chiffres de la baisse de la criminalité à Genève sont donc réjouissants. Des efforts restent encore à faire, notamment dans le domaine de la prévention, seul moyen de lutter efficacement sur le long terme contre la criminalité et le climat d’insécurité. C’est l’affaire des collectivités publiques dotées de moyens suffisants pour accomplir leurs tâches régaliennes. J’en appelle donc à une sortie rapide de la crise budgétaire de notre canton. La sécurité publique, on le sait, est une priorité pour nos habitant-e-s. Et nous, les socialistes, avons souvent une longueur d’avance, dans les communes où nous gérons cette problématique. Les chiffres en forte baisse de la criminalité à Vernier le prouvent.

 

Enfin, si les chiffres sont réjouissants, nous le devons au travail quotidien des agents de terrain, tant de la police municipale que cantonale. Qu’ils et qu’elle en soient remercié-e-s et soutenus. 

05:48 Écrit par Thierry Apothéloz dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook

04/10/2012

La sécurité appartient à la police

 

Le projet de police-citoyenne annoncé à grands renforts de messages populistes n’est pas une idée nouvelle. Depuis 1992, le dispositif existe dans certaines zones villas du canton de Vaud. Pour quels résultats ? Nous n’en savons évidemment rien, les initiatives n’ayant fait l’objet d’aucune évaluation, qui plus est en milieu urbain. Si la mesure en elle-même mérite d’être réfléchie, la façon dont s’en est emparé le MCG pourrait dangereusement dégénérer en donnant aux citoyens une place qui ne peut en aucun cas leur appartenir. Compte-tenu des dérives auxquelles nous ont habitués les populistes en terme de discours sécuritaires, la proposition confine même à vouloir se faire justice soi-même, ce qui permet de craindre le pire.

 

 

 

Le projet soulève en premier lieu la question de la place de chacun dans la société moderne. Demander aux habitants de se substituer à la Police, c’est mettre en danger tant la population que les forces de l’ordre. L’une des grandes avancées de l’Etat de droit est d’avoir réussi à confier à la seule Police la délicate mission de la sécurité publique et de l’avoir entrainée et équipée en conséquence. Quelles que soient les louables intentions qui animent les habitants désireux d’une meilleure sécurité, le risque est trop grand de permettre à chacun de devenir du jour au lendemain le shérif de son quartier. Des bavures se produisent en effet inéluctablement lorsque la problématique sécuritaire dans son sens premier est abandonnée – même en partie – aux citoyens. L’exemple extrême et tragique de Trayvon Martin, ce jeune innocent assassiné par un vigile raciste en Floride au printemps 2012, illustre bien les risques inhérents à ce type de dispositif.

 

 

 

Aujourd’hui, au lieu de parachuter des habitants dans un rôle dangereux pour eux-mêmes et les autres, nous devons plus que jamais réaffirmer notre soutien indéfectible aux forces de l’ordre. Nous devons aussi aller plus loin. Conformément à une proposition que j’ai formulée récemment, le Canton de Genève doit maintenant créer des zones de sécurité prioritaire pour affecter plus de moyens là où il y a davantage de besoins. Aujourd’hui, il faut prioritairement renforcer une présence policière visible dans les quartiers qui en ont le plus besoin.

 

 

 

Occuper le terrain, c’est déjà résoudre une partie du problème. Mais pas avec des milices citoyennes. Avec les forces de l’ordre. Cela implique que notre Police obtienne les moyens adéquats et que le Canton prenne ses responsabilités. Faute de quoi, effectivement, les dérives sécuritaires impliquant des citoyens justiciers dont les populistes font aujourd’hui l’apologie risquent de se développer, dangereusement.

 

17:40 Écrit par Thierry Apothéloz dans Sécurité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook